Pourquoi est-il important d'appliquer des approches tenant compte des traumatismes et de la violence (TCTV) dans la prestation de services aux réfugiés?

Les approches qui tiennent compte des traumatismes et de la violence sont des politiques et des pratiques qui reconnaissent les liens entre la violence, les traumatismes, les résultats négatifs en matière de santé et les comportements. Ces approches favorisent la sécurité, le contrôle et la résilience des personnes qui recherchent des services en lien avec des expériences de violence et/ou qui ont un passé de violence.

Qu'est-ce que le traumatisme ?

Le traumatisme fait partie de l'expérience humaine. Le traumatisme est à la fois l'expérience et la réponse à un événement ou une série d'événements extrêmement négatifs, y compris la violence.

Le traumatisme n'est pas un trouble mais une réaction émotionnelle à une sorte de blessure. Le traumatisme est au-delà d'une expérience qui dépasse la capacité d'un individu à surmonter des expériences négatives.

Selon l'Agence de la santé publique du Canada, comprendre la violence et ses liens avec les traumatismes permet de :

  • Constater que la violence actuelle peut être l'une des principales causes du traumatisme.
  • Ne pas accuser ou juger les personnes pour leurs réactions aux expériences de violence.
  • Connaître les impacts des multiples formes de violence, y compris le racisme ou la discrimination.
  • Attirer l'attention sur l'importance des actions au niveau organisationnel qui reconnaissent que certaines conditions sociales (par exemple, la pauvreté ou un logement instable) augmentent le risque de multiples formes de violence.
  • Améliorer les réponses du système et des organisations aux besoins de toutes les personnes ayant subi un traumatisme.

Qu'est-ce que les approches tenant compte des traumatismes et de la violence (TCTV) ?

Les approches tenant compte des traumatismes et de la violence (TCTV) sont des politiques et des pratiques concernant la prestation de services et l’exécution de programmes qui, surtout lorsqu’elles tiennent également compte de la violence, visent à atténuer les préjudices subis par les victimes de violence et à favoriser la guérison et la justice.

Les principes de base des approches TCTV sont :

  1. La pratique générale : traiter chaque personne comme si elle avait été victime de traumatismes et de violence renforce les "précautions universelles” pour éviter les traumatismes et apporte un soutien positif à toutes les personnes.
  2. Prévenir les traumatismes : réduire les préjudices est la base de toutes les politiques et pratiques de lutte contre la violence et les traumatismes. On ne vise pas à traiter les traumatismes, mais à prévenir les dommages supplémentaires causés par la re/traumatisation. Les utilisateurs des services peuvent avoir accès aux services indépendamment du dévoilement de leur expérience de violence et des traumatismes. Ce principe garantit également que le personnel prend soin de lui-même et que l'agence l'aide à prendre soin de lui, tout en fournissant des soins éthiques et des réponses aux traumatismes d'autres personnes.
  3. Favoriser la sécurité : l'agence s'engage à créer et à garantir la sécurité émotionnelle, physique, psychologique, interpersonnelle, sociale, culturelle et systémique pour toutes les personnes à tous les niveaux de services et de prestation de services dans l'environnement.
  4. Croissance continue et construction de la communauté : une forte croyance dans la croissance humaine et la résilience malgré les adversités guide l'agence et le personnel pour créer un environnement qui favorise l'espoir.

Importance des approches TCTV pour servir les immigrants et les réfugiés

La migration forcée due à la violence a augmenté, et le Canada est le chef de file mondial en matière de réinstallation des réfugiés, qui sont vulnérables aux effets des événements traumatiques découlant de la persécution, des conflits et des déplacements. Les immigrants et les réfugiés sont soumis à de multiples obstacles et à une violence supplémentaire, ce qui accroît leur vulnérabilité aux multiples expériences traumatisantes.

Le processus de transition vers une nouvelle culture peut déclencher des traumatismes passés et/ou non résolus. En plus, les personnes qui ont survécu à un traumatisme peuvent ne pas se sentir à l'aise pour demander de l'aide en raison du manque de compréhension de leur culture par les prestataires de services et/ou de l'image de faiblesse que cela peut évoquer dans leur propre culture.

Il est donc essentiel que les prestataires de services aux immigrants et aux réfugiés soient conscients des traumatismes et de la violence, de leur impact, et qu'ils sachent comment travailler en collaboration.

Comment appliquer les principes des approches TCTV au service des immigrants et des réfugiés ?

La prestation de services TCTV considère les traumatismes de manière intégrale, dans tous les aspects de la prestation de services, et priorise la sécurité, le choix et le contrôle de l'individu.

Lorsqu' on travaille avec des personnes ayant subi des traumatismes et de la violence, il convient d'adopter une double approche :

  1. Aborder les facteurs de risque/impacts des traumatismes et de la violence.
  2. Essayer activement de favoriser les facteurs de protection pour contrer les impacts des traumatismes et de la violence en insufflant de l'espoir et de la résilience aux utilisateurs des services.

Les prestataires de services peuvent lutter contre la violence et les traumatismes en abordant mieux les points suivants :

  • L'autonomisation : Donner la parole aux personnes ayant vécu un traumatisme est un processus essentiel d'autonomisation.
  • Connexion avec la communauté : Lorsqu'elles sont isolées et laissées seules, les personnes ayant vécu des traumatismes et de la violence ont souvent des souvenirs récurrents de ces traumatismes. 
  • L'autocompassion : Puisque les traumatismes et la violence affectent négativement notre esprit et notre corps, les personnes qui en sont victimes se reprochent souvent ce qui leur est arrivé.
  • Force, résilience et croissance : Il est important de ne pas oublier que les personnes ayant vécu des traumatismes sont bien plus que des victimes de la violence. Elles sont sources d'espoir et contribuent à la vie des communautés. Le seul fait de participer et de contribuer au réseau de soins de la communauté pour lutter contre la violence renforcera leurs forces, leur résilience et leur croissance.

Lorsque l'on travaille avec des individus, indépendamment des informations dont on dispose sur leurs expériences traumatiques, il est essentiel de prendre en compte les précautions universelles contre les traumatismes et d'appliquer le principe généraliste avec tout le monde. Les traumatismes et la violence ont un impact généralisé sur les individus, les familles, les communautés, les organisations et les systèmes et, malheureusement, il n'existe pas de point final précis. Il est donc essentiel de prévenir la re/traumatisation, de donner la parole et le pouvoir, de favoriser la sécurité et la résilience et de renforcer les compétences.